Socrate

Après une vie heureuse avec notre maîtresse où nous étions les rois, elle nous a quittés.

Avant de mourir, elle avait laissé des recommandations pour qu’une solution soit trouvée au mieux nous, ses chats, et nos copains les chiens.

Le testament, entre les mains d’une parente, a été respecté, mais malgré tout nous avons été séparés.

Moi, Socrate, je me suis retrouvé dans le box d’un refuge où la déprime me gagnait. Je voulais mourir. Heureusement, la parente de ma chère maîtresse faisait son possible pour que ses chats soient de nouveau réunis. Ainsi, un jour elle est venue me récupérer dans le refuge et m’a amené près de mes frères et sœurs que « Droit de Vivre » avait accueilli quelques jours auparavant. J’ai été examiné par le vétérinaire de l’association qui a dit qu’avec un traitement et beaucoup de câlins je devrais aller mieux.

Aujourd’hui je vais bien, je suis heureux, je suis libre dans la partie privative du parc. La hantise des boxes m’a quitté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *